Coca-Cola toujours en tête du classement des pires pollueurs au monde en matière de plastiques

Global

L’ONG Break Free From Plastic révèle un nouveau rapport identifiant les entreprises les plus polluantes en matière de déchets plastiques : le géant Coca-Cola est largement en tête du classement, et ce, depuis 2018, date du début du recensement de l’organisme. Un constat accablant alors que le géant américain se targue d’être le partenaire principal du sommet mondial de l’Onu pour le climat (Cop27).

Partenaire officiel de la Cop27, Coca-Cola reste à la tête du classement 2022 des entreprises qui génèrent le plus de déchets dans l’environnement, selon le classement 2022 de l’ONG Break Free From Plastic publié ce mardi 15 novembre 2022.

« Au cours des cinq dernières années, The Coca-Cola Company est restée constamment le pire pollueur plastique au monde avec une marge significative, » déplore le rapport. Une place de podium qui entache son statut de sponsor officiel de la grande conférence de l’Onu sur le climat (Cop27), qui se tient dans la ville balnéaire de Charm el-Cheikh, en Égypte.

Toujours les mêmes

Au total, 429 994 pollutions plastiques (emballages pour aliments et boissons, morceaux de bouteilles et sachets) ont été collectées et analysées pour identifier les entreprises polluant le plus les lieux avec du plastique.

Plus de 31 000 déchets (bouteilles ou morceaux de bouteilles) liés à la marque Coca-Cola ont notamment été retrouvés. C’est plus de trois fois plus qu’en 2018 (9 300).

PepsiCo figure à la deuxième place des pires pollueurs plastiques cette année, suivi de Nestlé. Les multinationales Unilever, Procter & Gamble et Mondelēz International, Mars, Philip Morris International, Danone, et Colgate-Palmolive, figurent dans le top 10. Un classement qui reste sensiblement le même depuis le début de l’élaboration d’un classement annuel par Break Free From Plastic en 2018.

Le classement a été établi à partir des recensements réalisés lors des collectes de déchets organisées dans près de 90 pays et territoires du monde entier, dans les rues, des parcs, des forêts, des plages… Après avoir récolté les déchets, des « scientifiques citoyens » travaillent pour identifier les entreprises qui se cachent derrière les détritus.

« Année après année, les mêmes entreprises multinationales de biens de grande consommation (FMCG) – celles qui détiennent la plus grande part de marché et génèrent le plus de plastique – sont les principaux pollueurs de plastique », constate Break Free From Plastic.

Pour des politiques contraignantes

L’ONG déplore que les engagements volontaires des entreprises pour réduire la pollution plastique ne soient pas remplis ou suffisants, pointant que la plupart des entreprises polluantes pointées par l’ONG sont signataires d’un accord avec la Fondation Ellen MacArthur et le Programme des Nations unies pour l’environnement, visant à réduire leur empreinte plastique d’ici 2025 grâce à divers engagements volontaires.

« Leurs objectifs de 2025 ne seront « presque certainement » pas atteints », estime Break Free From Plastic, qui note que l’emploi du plastique vierge est revenu à son niveau de 2018.

« L’utilisation d’emballages en plastique a en fait augmenté » depuis 2018, explique l’organisme. « Ce qui montre à quel point les actions volontaires n’ont aucun impact significatif sur la réduction du plastique. »

Break Free From Plastic dénonce par ailleurs des « programmes de greenwashing de plus en plus sophistiqués », qui s’appuient sur de « fausses solutions ». L’ONG défend l’élaboration d’un « traité mondial sur les plastiques », qui puisse fournir des « mécanismes juridiquement contraignants et des politiques d’application pour réduire efficacement la quantité de plastique produite et utilisée par les entreprises ».

Les premières bases d’un traité mondial contre la pollution plastique ont été lancées par les Nations unies pour l’accoucher en 2024. La première session du Comité de négociation intergouvernemental chargé d’élaborer ce traité se tiendra du 28 novembre au 2 décembre 2022 à Punta del Este, en Uruguay.

 

 

ouest-france

pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *