Hongrie : avant un IVG, une femme devra écouter le cœur du fœtus

National

Le gouvernement hongrois veut obliger les médecins à faire écouter aux femmes souhaitant avorter le cœur du fœtus, rapporte « Courrier international ».

Les femmes hongroises souhaitant avorter seront obligées d’« écouter les battements de cœur du fœtus » avant de pouvoir accéder à la procédure, selon un nouveau décret publié par le gouvernement du Premier ministre d’extrême droite, Viktor Orban, relaie Courrier international. La nouvelle réglementation doit entrer en vigueur jeudi 15 septembre.

« Près des deux tiers des Hongrois associent le début de la vie d’un enfant au premier battement de cœur », a déclaré le ministère de l’Intérieur, lundi. La plupart des experts médicaux considèrent que la notion de « battements de cœur du fœtus » est trompeuse lorsqu’elle fait référence aux premières semaines de la grossesse. Le son entendu lors des échographies des premières semaines est généré par l’appareil à ultrasons.

Une première depuis 1992

Depuis l’arrivée au pouvoir d’Orban en 2010, son gouvernement a mis en avant les « valeurs familiales traditionnelles » et introduit une série de mesures visant à relancer la natalité dans le pays. Toutefois, il n’avait jamais tenté de modifier les lois de la Hongrie en matière d’avortement. La législation hongroise sur l’avortement n’a pas été modifiée depuis 1992. Selon la législation actuelle, les interruptions de grossesse peuvent être pratiquées au cours des 12 premières semaines de la grossesse pour des raisons médicales. La nouvelle législation est une extension des politiques antiavortement du gouvernement, visant à stimuler la natalité, a déclaré Noa Nogradi de l’organisation Patent, qui défend les droits des femmes en Hongrie.

 

« En Hongrie, l’avortement est largement accepté dans la société. Statistiquement, deux tiers des Hongrois ne souhaitent pas voir de nouvelles restrictions à l’avortement, a-t-elle déclaré. Le gouvernement ne peut donc pas interdire la procédure du jour au lendemain. Mais une série de petits pas vers la restriction peut passer plus facilement. » Nogradi a ajouté que les avortements légaux étaient devenus de plus en plus difficiles, car les séances de consultations obligatoires devenaient plus difficiles à programmer. Des lois similaires ont été introduites dans de nombreux États du sud des États-Unis, tels que le Texas et le Kentucky, exigeant que les femmes entendent les « battements de cœur du fœtus » avant d’avoir accès à l’avortement, dans le cadre du « consentement éclairé ».

 

 

lepoint

pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *