Assassinat d’un étudiant lillois en Hongrie : le procès du meurtrier présumé fixé au 13 décembre

Police

Le 8 février 2020, le jeune Clément Bouly, originaire de Nouvelle-Église près de Calais, était assassiné à Budapest par un jeune homme de 25 ans, fils d’un haut membre du Fonds monétaire international (FMI). Trente-quatre mois après, c’est l’heure du procès.

C’est une date que les proches de Clément Bouly, étudiant de Nouvelle-Église parti fêter son 26e anniversaire à Budapest, attendaient depuis longtemps. D’autant que le procès attendu au printemps 2021 avait été reporté en raison de la crise sanitaire. Son meurtrier présumé, en ce jour du 8 février 2020, qui est le fils d’un haut membre du Fonds monétaire international (FMI), comparaîtra donc le 13 décembre à partir de 8 h 30 en Hongrie.

Agressé au couteau, le 8 février 2020

Début février 2020, Clément Bouly est en Hongrie avec sa petite amie, pour trois jours. Le jeune homme, alors étudiant à l’Efficom de Lille, doit y fêter son 26e anniversaire. Décrit comme « très souriant », « sociable » et « travailleur », le Nordiste est agressé au couteau le matin du 8 février en plein centre-ville de Budapest, alors qu’il partait chercher un petit-déjeuner.

« Ne le voyant pas revenir, sa copine est descendue dans la rue, elle a alors vu un attroupement, la police, et un corps recouvert par un drap blanc. C’était Clément », racontait Joël Bouly, le père de Clément, quelques jours après le drame.

Le suspect, rapidement interpellé par la police, avait avoué les faits. Âgé de 25 ans, il aurait expliqué aux enquêteurs avoir agressé et tué Clément Bouly en raison d’une « mauvaise journée », selon des médias hongrois.

Un procès très médiatisé

Le procès est très attendu en Hongrie, où il sera très médiatisé : « Nous avons dû restreindre le nombre de personnes voulant y assister car notre avocat hongrois nous a informés que de nombreuses places seraient réservées pour la presse », nous précise Laurence, la maman de Clément.

L’accusé est soupçonné d’assassinat, ce qui inclut la notion de préméditation. Néanmoins, on ignore les raisons qui l’auraient poussé à agresser au couteau le jeune Nordiste. Le procès apportera-t-il des réponses ?

 

 

lavoixdunord

pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *